Adaptation aux changements climatiques : entrevue avec Laurent Lepage

05-176

Dans le cadre d’une entrevue conviviale, Laurent Lepage discute avec le rédacteur en chef de VertigO sur différentes questions entourant la recherche sur l’adaptation et la vulnérabilité des populations aux changements climatiques.

Laurent Lepage, sociologue et spécialiste des politiques publiques, est professeur à l’Institut des sciences de l’environnement – UQAM (Montréal, Canada). Il est aussi expert auprès d’un comité conjoint de l’Organisation internationale des migrations et du Institute for Environment and Human Security (Bonn) de l’Université des Nations-Unies. L’entrevue porte sur un article, soumis dans le cadre des ateliers organisés par ceux-ci, où Laurent Lepage pose différentes réflexions sur la place de la modélisation prédictive dans les stratégies d’adaptation, sur la fausse conception, dans l’élaboration de politiques publiques, que les communautés sont homogènes et sur le fait que les décisions face à la vulnérabilité et à la nécessaire adaptation sont basées sur une rationalité économique. Il en appelle à la recherche interdisciplinaire – basée sur l’expérience, le terrain – et à une approche communautaire (community-based) pour la recherche et l’intervention dans le domaine.

Pour approfondir le sujet

Le rapport du second atelier Climate, Environment, and Migration

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Bruno Robert dit :

    Bonjour,

    J’aimerais apporter une réflexion sur le sens à donner au terme «communauté» dans le cadre de l’approche communautaire dont il est question dans cet entrevue. Il est connu que la plupart des problématiques environnementales dépassent largement les frontières des communautés. Par exemple, la gestion intégrée des ressources en eau se conçoit uniquement par des regroupements de communautés ayant en commun le territoire du bassin versant ou celui de l’aquifère. Pour ce qui est de la pollution atmosphérique, on peut penser à des régions d’influence qui englobent également un grand nombre de communauté.

    L’approche locale basée sur la communauté est une nécessité mais elle doit, à mon avis, s’harmoniser à l’échelle du territoire mis en cause par la problématique à laquelle on veut s’attaquer. Ce territoire varie selon l’étendue spatiale des relations de cause à effet du phénomène sur lequel on veut intervenir. L’adaptation aux changements climatiques doit procéder de façon intégrée et concertée si on ne veut pas recréer les désastres environnementaux qui marquent notre type actuel de civilisation. Cet aspect important est absent des propos recueillis lors de l’entrevue.
    J’ai bien aimé l’approche de respect et de soutien aux communautés préconisées dans cette entrevue. Je suis d’accord avec l’affirmation qu’il faut accorder une grande valeur aux connaissances que possèdent les communautés, ainsi qu’à leur capacité intrinsèque d’innovation et d’adaptation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.