Edition électronique : [VertigO] 10 ans d’expérimentations et de réflexion.

gouvernance[premier billet d’une série]

Bien qu’il peut en prendre la forme à certains endroits, ce texte ne se veut pas un historique fidèle du développement de la revue, mais un regard rétrospectif, avec une analyse actualisée à la lumière des réflexions que je me pose sur le travail en édition scientifique. Bien que je fus le concepteur initial du projet, son développeur principal et le moteur de sa survie durant la longue traversée du désert que doivent affronter les revues en émergence, ce projet et le texte ci-dessous découlent aussi de la participation, du questionnement et des idées de nombreuses personnes qui m’ont accompagné au cours de ses 10 années.

La façon dont les chercheurs débattent et publient leurs résultats, la manière d’évaluer la qualité du travail et la performance de la recherche et d’attribuer les fonds de recherche n’a pas changé de manière substantielle durant les dernières décennies. Les chercheurs utilisent les médias numériques maintenant – le courrier a été remplacé par les courriels, les présentions avec des diapositives conventionnelles (ou acétates) ont été remplacées par des présentations sur écran avec l’utilisation de matériel informatique. Cela va plus vite, cela est plus pratique, mais structurellement peu de chose a changé. On fait l’équivalent, mais en rajoutant des cartes provenant d’images satellites. Merci Google Earth ! [1]. La création de figures couleur par des programmes spécialisés est aussi plus facile, bien que pas nécessairement complètement généralisée.

Il faut toutefois soulever que depuis quelques années différentes transformations se pointent dans le monde de l’édition scientifique. Transformations qui ne sont pas le fait des éditeurs, mais des chercheurs. Le carnet de recherche (blogue) devient un outil de recherche en permettant des échanges rapides sur des résultats ou réflexions, des wikis et des réseaux sociaux scientifiques se mettent en place et les idées sont discutées. Ceux-ci tentent de s’inscrire dans la construction de la connaissance et dans le développement d’une recherche multidisciplinaire et transdisciplinaire. Car là est l’un de cheval de bataille de l’édition scientifique actuelle : comment l’édition peut transmettre, structurer une recherche se voulant de plus en plus inter et transdisciplinaire? Comment les revues peuvent-elles être le reflet et les accompagnatrices d’une nouvelle structure de la recherche délaissant les silos disciplinaires forgés depuis des décennies?

Il me semble qu’actuellement la transition vers l’ère numérique ne s’accompagne pas d’une réflexion approfondie sur le comment il est possible d’utiliser le mieux possible de nouveaux outils disponibles ou en développement. Le numérique est surtout perçu comme un prolongement de l’édition papier, comme un meilleur moyen d’archivage. Je suis profondément convaincu que l’édition numérique c’est plus que cela. Le rôle de l’éditeur qui est celui de structurer, évaluer et diffuser la connaissance d’un champ de recherche doit aussi inclure un volet d’animation et de création. Création d’outils pour les auteurs/chercheurs ou pour les communautés scientifiques. Ceux-ci sont la raison d’être de l’éditeur et de la (des) revue (s) qu’il dirige. Simultanément, l’éditeur est le maillon qui permet de bâtir un réseau, de faire les ponts entre différentes communautés scientifiques. En plus de ses rôles traditionnels, l’éditeur devient un passeur, un acteur polymorphe du système scientifique local, national ou international. Comme nous le verrons dans les prochains billets, un telle vision dirige le développement de la revue.

Prochain billet : Une expérience d’édition scientifique numérique : [VertigO]

[1] Dire qu’en 1997 nous étions heureux d’avoir déniché un cédérom avec les photos satellites de notre terrain en Amazonie brésilienne ! Les images nous avaient permis de mieux visualiser et comprendre l’ensemble du Bassin du Tapajòs et du réservoir Curua-Una sans que nous déboursions un sou. Maintenant on va sur Internet et en 5 minutes nous avons l’image satellite que nous voulons même dans les coins les plus reculés de la planète.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 février 2013

    […] une série de 3 billets sur l’édition scientifique dans le contexte de l’interdisciplinarité (Edition électronique : [VertigO] 10 ans d’expérimentations et de réflexion; Une expérience d’édition scientifique numérique : [VertigO] ; Editer pour les sciences de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search