Une expérience d’édition scientifique numérique : [VertigO]

bureau_vertigo

[second billet d’une série]

Le premier billet : Edition électronique : [VertigO] 10 ans d’expérimentations et de réflexions.

[VertigO] arrive à sa 11e année d’existence. Il est venu le temps de revenir sur cette expérience qui continue à accomplir ses différents mandats, se développe et qui je l’espère est là pour perdurer.

La naissance de la revue

La revue scientifique [VertigO] a été imaginée en 1999, alors que je finissais mon doctorat en sciences de l’environnement à l’Université du Québec à Montréal. Impliqué dans l’association des étudiants du doctorat, dont je fus président durant quelques années, et dans différents comités universitaires, dont ceux des comités de programme du doctorat et de l’Institut des sciences de l’environnement (ISE-UQAM), je faisais le constat, avec certains collègues, de l’absence de lieux de publication correspondant à ce que nous voulions comme jeunes chercheurs. Il existait bien certaines revues américaines (pensons à Society and Ecology qui n’était pas électronique à l’époque) mais il manquait une revue qui nous correspondait culturellement. Nature Sciences et Société, revue française, était difficilement disponible au Québec en 1999. Bien qu’elle fut une source inspiration pour nous, elle n’était pas ce que nous cherchions. Nous voulions créer une revue scientifique à plus large spectre. Une revue qui aborderait le questionnement de la multidisciplinarité avec une autre approche.

Au lieu de parler pour parler, j’ai décidé de passer à l’action. Différents auteurs furent contactés et un premier numéro prit forme. Mais comment publier une revue émergence avec uniquement une volonté et des compétences scientifiques et techniques. Et comme je m’en rendrais compte avec une connaissance infime des obstacles de l’édition scientifique et surtout des codes à respecter. Une publication papier demandait un investissement monétaire que je n’avais pas. La solution vint donc d’elle-même, l’édition électronique. Pierre Cayer, le premier webmestre de [VertigO] (toujours présent) devint le second membre de cette aventure. Un membre discret, mais vital. Il créa le premier site de la revue [VertigO].

Un nom !

Pourquoi le nom [VertigO] me direz-vous? Les revues scientifiques ont généralement des noms plus évocateurs. On m’a déjà suggéré de modifier le nom de la revue pour « Environnement, développement et société ». [VertigO] fut choisi pour la signification du mot, liée au vertige et à la folie. La création de la revue était une aventure folle à divers niveaux, un pari. Le mot inclut aussi deux objets d’études des sciences de l’environnement, soit la forêt (vert) et l’eau (O). En outre, le tout se trouve dans l’action avec la finale du mot (gO). Mais, a posteriori, je crois que ma décision fut aussi une considération communicationnelle, je voulais un nom qui soit facile à se souvenir pour les navigateurs sur Internet, pour les lecteurs. Nous allions sur Internet alors nous allions choisir un nom différent, nous démarquer. Depuis, le nom de la revue est devenu [VertigO] – la revue électronique en sciences de l’environnement, bien que nous utilisions uniquement [VertigO] (les crochets étant la référence à son statut numérique) en de nombreuses occasions. Je continue à croire que ce fut un bon choix. Il correspond bien à l’âme qui anime la revue.

Un pari !

En 1999, [VertigO] fait le pari de l’édition numérique. Ce choix initial est fait de manière consciente en décidant d’innover sur le plan de l’édition malgré les difficultés réelles qui se trouvaient devant. Il faut se rappeler que l’édition numérique à cette époque n’était qu’une valeur ajoutée à l’édition sous format papier, et encore nous en étions qu’au début de la numérisation des revues papier. En 1999, Revues.org, la plate-forme où [VertigO] est actuellement hébergée, commençait et Érudit n’était pas encore présente dans le portrait de l’édition scientifique québécoise. L’édition numérique (sans un pendant papier) se résumait encore majoritairement aux sites de prépublication. Certaines revues avaient déjà vu le jour, telle que la revue Surfaces animée par Jean-Claude Guédon, mais pour la majorité, si ce n’est pas la totalité, était morte au feuilleton. Surfaces, publiée entre 1991 et 1999, fut avec ses 9 parutions et 94 articles la première revue universitaire canadienne électronique.

Ce choix permettait d’échapper à certaines contraintes rattachées à l’édition scientifique traditionnelle (investissement, diffusion, développement, etc.), ouvrait plusieurs perspectives d’avenir pour une revue en émergence, permettait d’explorer de nouveaux champs de l’édition scientifique en ouvrant celle-ci à la société et aux acteurs de terrain (généralement coupés des éditions scientifiques universitaires en format papier). Ce choix devait aussi poser des questionnements sur la pratique éditoriale et obliger à relever de multiples défis éditoriaux, communicationnels et techniques.

Le financement : le numérique pour échapper à une contrainte?

Bien que les ressources financières ne fussent pas centrales au choix pris en 1999, elles n’y sont pas entièrement étrangères. Pas tant en terme de comparaison entre le coût de l’édition électronique versus l’édition papier, car l’édition électronique a aussi son coût (vielles technologiques, mise à jour du site et de la revue, programmation, référencement, archivages, etc), mais surtout en terme d’investissements à court et moyen terme et de risques financiers. Il faut conserver en tête que l’édition scientifique est aussi une activité financière. Les Elsevier, Blackwell de ce monde n’y sont pas uniquement pour la diffusion qui est la base du développement des connaissances et des communautés scientifiques. Ils y sont, car c’est un marché lucratif pour des entités qui monnaient la publication et la lecture des articles scientifiques.

Bien que lors de la création de [VertigO] les programmes de soutien ne reconnaissaient pas les revues électroniques en accès libre, ce choix nous apparaissait comme le seul possible, car, comme nous l’avons mentionné plus haut, il permettait d’échapper à l’investissement financier nécessaire pour l’édition, l’impression et la diffusion d’une revue papier. Investissements qui sont majeurs. Les coûts d’impression pour une revue en 2009 correspondent environ pour un numéro de 100 pages à 2 500 $ pour le montage graphique, environ 10 000 $ pour l’impression de 2 000 copies de 100 pages. Avec 4 numéros par année nous parlons d’un investissement de 50 000 $, uniquement pour l’impression. Si les prix étaient moindres en avril 2000, lors de la parution du premier numéro de [VertigO], cela reste au-dessus des moyens d’un jeune chercheur venant de finir sa thèse de doctorat. Ici nous ne comptons pas le coût pour les envois postaux (à travers la francophonie) et la gestion de ceux-ci que l’on pourrait estimer à environ 3 à 5 $ par envoi (6 000 $ à 10 000 $). Nous pourrions diminuer le nombre de numéros imprimés à moins de 300 (ce qui est plus près de la réalité dans l’édition scientifique francophone) mais cela reste toujours un investissement incroyable et un risque énorme. Si on ne vend pas les numéros, on ne peut rembourser l’investissement.

Tandis qu’avec des connaissances, une volonté d’apprentissage, quelques logiciels libres [1] (open source) de préférence on peut éditer une revue et la faire monter au niveau des « grands ». [VertigO] est maintenant une revue financée par le Conseil de la recherche des sciences humaines du Canada (CRSH), le Fond québécois de la recherche société et culture (FQRSC) et une revue de référence pour l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) pour ne nommer que ceux-ci.

Au Canada, le premier fonds reconnaissant pleinement les revues électroniques à accès libre (open acces) comme vecteur de diffusion de la connaissance scientifique a été lancé en 2006 par le CRSH. À ce concours 11 revues ont été financées dont [VertigO]. Dans le cadre du dernier concours CRSH (2008), où le soutien a été renouvelé à la revue, l’appel au dépôt de dossiers regroupait l’ensemble des revues canadiennes (payantes ou d’accès libre). Ainsi, le concours regroupait les revues entièrement numériques, numériques avec version papier, papier uniquement.

Les revues – maillon négligé du système scientifique

La reconnaissance de [VertigO] est arrivée à temps, car en tant que directeur et rédacteur en chef je commençais à manquer d’énergie avec les faibles moyens qui furent les nôtres de 1999 à 2006. Diriger une revue en émergence est une abnégation à plusieurs niveaux. Pendant ce temps, j’ai pu constater comment l’édition est une des facettes généralement oubliées dans le financement de la science bien que la science s’appuie sur la diffusion des résultats de recherche. Une diffusion qui a comme objectif de faire avancer les réflexions, mais aussi d’établir la réputation des chercheurs, leur légitimité dans le système. Pour les chercheurs les publications sont capitales. Publish or Perish disent les Anglo-Saxons. Pris dans un maelstrom, ceux-ci privilégient la rédaction et la publication d’articles scientifiques courts afin d’augmenter sa notoriété plutôt que des ouvrages qui prennent du temps. Ils visent des publications dans des revues internationales anglophones à facteur d’impact élevé. On est de plus en plus dans la course à la publication. Ceux-ci oublient la place centrale de revues dans la cohésion des communautés scientifiques. Ils oublient aussi souvent l’objectif premier de la publication des résultats d’une recherche. Celui-ci n’est pas l’avancement de la carrière ou les lauriers potentiels, mais bien le devoir de rendre public aux personnes concernées les informations pouvant leur être utile pour poursuivre des recherches, prendre une décision, soulever ou résoudre des problèmes (environnementaux, sociaux, etc.). Le classement des universités, des écoles et des programmes (pour ne nommer que cela) se basant sur des critères quantitatifs (nombres de publications, montants des subventions, nombre d’étudiants encadrés) ne peut que pousser dans cette direction. Une fuite en avant.

Cet état de fait et le manque d’intérêt de nombreux chercheurs sur cette question cruciale permettent, dans l’édition scientifique, aux maisons d’édition privées de prendre une place importante et de faire payer les abonnements et la publication à des tarifs élevés (pour les lecteurs et/ou pour les auteurs). Ces coûts créent une fracture entre les recherches financées et celles qui ne le sont pas, tout comme entre les recherches venant de chercheurs du Nord et du Sud. Malgré l’ensemble des soutiens que nous avons reçus au cours des dernières années, nous restons largement sous financés par rapport au travail devant être fait au niveau de l’édition des articles, de la vieille technologique et de l’innovation que nous devons avoir. Sans compter que nous oublions trop souvent que les revues ont un rôle structurant pour les communautés scientifiques. Mais cela est la réalité de la grande majorité des revues universitaires ou d’associations savantes.

[VertigO] a comme objectif de travailler sur ses différents niveaux :1) par une édition en libre accès autant pour les lecteurs (la lecture des textes est gratuite) que pour les auteurs (la publication d’un article est sans charge pour lui) nous évitons (ou tentons d’amoindrir) la fracture Nord/Sud, recherche financée/non financée; 2) en développant une programmation diversifiée et échelonnée sur 2 à 3 ans, nous tentons aussi d’éviter une fracture importante. Je m’explique, dans les choix que nous faisons, nous choisissons volontairement certains thèmes (Désertification, par exemple) qui sont en lien avec les recherches en Afrique. Pour écrire un article scientifique, il faut faire de la recherche sur le thème. Cela est une évidence. Les recherches sont généralement en lien avec la réalité des pays. Nous tentons ainsi d’éviter de choisir uniquement des thèmes pour les dossiers qui cibleraient seulement les chercheurs européens et québécois. Ainsi, notre programmation se base sur des critères scientifiques, d’interdisciplinarité (nous y reviendrons dans le troisième billet de la série), mais aussi afin de rejoindre les préoccupations des chercheurs de l’ensemble de la francophonie; 3) finalement, en développant des outils ayant pour objectif de développer un lieu d’appartenance (organisation ou soutien à des colloques, développement de partenariats, d’un réseau, etc.) nous tentons de créer une communauté scientifique ou participer à une dynamique pour le développement d’une telle communauté.

Papier ou numérique pour l’édition scientifique : combattre les a priori

Outre le financement, [VertigO] a dû faire face à un autre défi à ses débuts. Au début des années 2000, les revues numériques devaient faire face à la réticence des chercheurs à publier dans ses revues d’un nouveau genre. Depuis cette époque les revues du Public Library of Science (PLOS, États-Unis), sont venues donner une notoriété au numérique. Des revues d’associations marquantes ont complètement délaissé leurs versions papier (Ecology and Society, par exemple). Les réticences de l’époque étaient entre autres la reconnaissance de l’article publié. Un questionnement, étroitement lié à l’avancement de la carrière des chercheurs et au financement des recherches puisque les fonds de recherche se basent, entre autres, sur ce critère.

Cette question se pose sur le plan de la nouveauté (puisqu’une majorité de revues entièrement numériques sont des revues émergentes) mais aussi sur le fait que l’édition numérique – puisque plus ouverte – laisse à croire que le processus éditorial est moins rigoureux. Cette perception vient du fait que les revues numériques sont généralement plus que l’unique passage du papier vers le numérique. Le numérique est une forme d’édition différente avec des contraintes, des possibilités et des avantages spécifiques. L’édition d’une revue numérique doit être, selon moi, réalisée avec une telle vision. Nous y reviendrons dans un autre billet de cette série (les mandats de [Vertigo] : francophonie, diffusion, éducation, science citoyenne, science pour le développement).

Une autre des perceptions autour des revues numériques est que celles-ci ne seraient pas aussi pérennes que les revues en format papier que l’on peut trouver dans les bibliothèques. Le format numérique traîne cet a priori comme un boulet. Le numérique serait « un monde fugace de consommation éclair ». Cependant, si nous avons de bonnes connaissances pour la conservation du papier (ou d’autres supports solides, cédérom, DVD, etc.) cela n’est pas sans risque puisque les ouvrages peuvent être endommagés par une lecture excessive et/ou brûlés. Le cas de la bibliothèque d’Alexandrie en est un bon exemple. Pour contourner le problème venant de la perte ou du bris des supports rigides, la multiplication des copies a été mise en place. Ce n’est pas parfait, mais cela permet le passage temporel d’une partie de la connaissance malgré qu’avec le temps celle-ci finisse par être concentrée en quelques lieux. Cette concentration créant une disparité géographique importante et une iniquité mondiale devrait nous interpeller. Soulevons ici que l’édition numérique tente d’éviter cela en diffusant largement. La numérisation de collections historiques par des bibliothèques nationales ou par des revues telles que Geocarrefour vise aussi à briser ce problème de l’édition papier. Exactement la même approche, la multiplication, doit être utilisée au niveau d’Internet. Linus Tovalds le créateur du noyau de Linux avance que la sauvegarde sur des supports n’est pas la solution. Qui n’a pas un document devenu illisible, car les données ont été corrompues. Selon lui, il faut mettre nos données sur un serveur et laisser le monde créer des miroirs. Ce que favorise l’accès libre, mais aussi l’Open source. Bien évidemment dans le monde scientifique cela ne passe pas facilement. Sans aller jusqu’à un tel extrême et afin de permettre la traçabilité des articles publiés selon des critères connus (la source d’origine et le processus étant les garants de la qualité du document), il faut tout simplement s’inspirer du principe mis de l’avant par Tovlads. Ainsi, les données des revues doivent être installées sur plusieurs serveurs différents repartis dans différents réseaux et distribués géographiquement. Pour l’édition numérique, il existe aussi le défi de la lecture de données. Dans le cadre de l’édition numérique, le décryptage des données informatiques est nécessaire afin de pouvoir les transformer dans un format lisible. De ce fait, la solution l’utilisation de programmes « open source » afin que l’outil de lecture puisse perpétuer par l’effet de la duplication (miroirs) avancée par Tovalds. De tels outils doivent être disponibles à la collectivité, doivent pouvoir être utilisé gratuitement et librement par un grand nombre. Ainsi, il restera toujours une copie de l’outil quelque part. Des exemples de tels outils sont les programmes Lodel et OJS utilisés par [VertigO] et de nombreuses revues scientifiques francophones.

Nous venons de finir notre 10e année d’édition. Durant cette année [VertigO] a publié 81 articles, révisés par les pairs. En 2009, nous avons aussi publié 49 billets dans le carnet de recherche de la revue et des recensions de livres, annoncé des évènements scientifiques, organisé le premier colloque de la revue (mai 2009). Le hors-série 6 de la revue est un des résultats de ce colloque. [VertigO] a participé en tant que partenaire à un colloque sur la « Gouvernance de l’eau dans les Amériques » et à un autre sur « Le développement à l’ère de la crise ». Nous avons aussi participé activement à la mise sur pied d’une école d’été sur le thème de l’agriculture urbaine qui a regroupé 70 participants (un réseau a été créé à la suite de cette école : http://agriurbain.ning.com). Finalement, nous avons initié la mise sur pied d’un réseau social scientifique autour de la revue. Mais en attendant ce réseau, une page Facebook a été crée pour [VertigO], ainsi qu’un compte Twitter (http://www.twitter.com/editionsvertigo).

Édition scientifique numérique : le monde est devant, il s’ouvre, il se professionnalise

En regardant à gauche et à droite, on voit que nous ne sommes plus seuls. De nombreuses autres revues scientifiques francophones ont rejoint les rangs du numérique. Les Digital Humanities sont maintenant en plein essor dans le monde la recherche et de l’enseignement. Celles-ci analysent, examinent les questions de l’informatisation des données, de la documentation et de l’édition électronique. [VertigO] est maintenant dans un vortex d’innovation, d’évolution, de réflexion des plus diverses. Nous y participons en commençant des recherches sur notre corpus ou en sondant nos lecteurs et auteurs. Nous menons, par exemple, une recherche sur les réseaux sociaux scientifiques sur Internet.

Au début de la revue, nous étions une entité isolée. Nous étions un petit système avec nos auteurs et nos lecteurs. À cette époque, la revue éditait des articles et s’arrangeait pour les diffuser, les faire connaître. Si un tel fonctionnement était possible, et certainement encore possible pour des revues en émergence, cela est maintenant impossible pour nous. Avec un nombre croissant d’articles déposés (nous recevons actuellement entre 250 et 300 articles/an, en croissance année après année), avec de nouveaux projets éditoriaux qui s’ajoutent aux anciens, avec des archives de plus en plus imposantes, etc., nous devons faire face. Notre édition se professionnalise, nous devons gérer de nouveaux outils. Depuis déjà plus de 2 ans : exit la programmation html « à la mitaine » avec notre passage sur Lodel et sur la plateforme Revues.org. Bientôt, la gestion des articles soumis – demandant de contacter des centaines de chercheurs – et de gérer des milliers de courriels annuellement passera aussi dans une nouvelle ère, celui de l’« Open Journal System » du Public Knowledge Project. Ainsi, d’une entité isolée nous sommes maintenant l’acteur d’un système plus complexe, dont nous venons de nommer 2 autres joueurs (Revues.org et PKP). Mais ce n’est qu’un petit aperçu d’un système en développement qui se joue en synergie aux systèmes de l’édition papier et à celle des liseuses (E-Readers).

Pour Marin Dacos, fondateur de Revues.org et Directeur du Centre pour l’édition ouverte l’édition numérique repose sur cinq piliers distincts soit la structuration de l’information, la documentation de l’information, l’optimisation des conditions de lecture, l’appropriation par le lecteur et le développement des interopérabilités (blog homo-numericus.net : l’edition électronique). Cette idée des cinq piliers donne un aperçu plus complet d’un système mettant en jeu des programmeurs, des gestionnaires de contenu, des graphistes et des documentalistes. Ceux-ci s’ajoutent aux créateurs (l’auteur), aux lecteurs et à l’éditeur, les acteurs de la base. Ceux pour qui le système doit exister (ou doit son existence), si on fait abstraction de la diffusion de la connaissance qui devrait transcender le tout. Ainsi, on se trouve avec trois niveaux regroupant les acteurs, soit 1) la recherche (auteurs-lecteurs), 2) la revue (éditeur) et 3) l’aggrégateur (des plateformes telles que Revues.org, Persée, CAIRN, Erudit, etc.). Comme je suis chercheur en sciences de l’environnement, je ne peux m’empêcher de soulever que chaque niveau est un système avec des logiques pouvant être en contradictions. En sciences de l’environnement, on aime les systèmes, la systémique.  Système dit : inertie, jeu de pouvoir, etc.

Si la professionnalisation est nécessaire et certainement porteuse de développement pour l’édition scientifique, elle ne doit pas se faire au détriment de la maniabilité évolutive du système, ni en perdant de vu les motifs auxquels doit répondre le système. En environnement en parle souvent de privilégier des approches ascendantes (bottom-up) plutôt que descendante (top-down), je crois que dans le monde de l’édition scientifique un équilibre doit être trouvé entre les auteurs, les lecteurs et les éditeurs (à la base) et cela doit percoler vers le haut. Ce qui n’est pas toujours le cas, car un système veut aussi dire une inertie aux changements et la mise en place de lieux de pouvoir qui se trouvent pratiquement toujours tout en haut.

En tant que rédacteur en chef de revues numériques depuis plus de 10 ans, je suis tout à fait conscient des contraintes de gestion de sites et de plateformes, mais une revue numérique doit repenser sa structure de diffusion au minimum aux 5 ans pour suivre l’avancement des réflexions théoriques et pratiques de son champ. Il faut considérer (je pense ici aux réflexions de K. Popper et P. Fayrabend) que le développement et la création de la connaissance dans un champ inter- et transdisciplinaire n’est pas linéaire.

En un peu plus de 10 ans, [VertigO] l’a fait 4 fois. Le papier ne permet pas une telle maniabilité de l’édition. Le numérique se doit de le faire pour éviter d’être une simple copie de l’édition papier. Le nouveau système doit penser à ce paramètre crucial. Les possibilités du format numérique évoluent vite. Sans incorporer tout ce qui passe, il y a des incontournables au fil des ans, dont le web 2.0.

Dans un tel contexte, est-ce que les aggrégateurs (les gros joueurs du nouveau système, ceux qui sont tout en haut) pourront ou voudront suivre? A priori, ils n’ont aucun intérêt. Il faudra que les bailleurs de fonds prennent conscience de cet impératif pour les revues numériques. Pas gagné. En attendant, les revues devront multiplier les expériences en différents endroits afin de montrer l’apport des nouvelles formes de diffusion jumelant la co-construction des connaissances.

L’édition numérique: issue de mouvements sociaux

J’aimerais finir ce billet avec une réflexion qui est à mon sens centrale sur l’édition numérique, surtout avec l’arrivée d’une certaine maturité et la professionnalisation de l’édition numérique. Dans cette « institutionnalisation » de notre travail, n’oublions pas que le numérique (Internet) est aussi à la naissance des mouvements sociaux pour l’accès libre et les logiciels libres. Nous en sommes issus, nous sommes porteurs de ses valeurs ou notre travail repose grandement sur les réalisations, les réflexions et les combats de ses mouvements. Comment le monde de l’édition peut-il s’insérer dans cette optique du « libre » tout en étant capable d’être économiquement viable? Si de telles approches semblent être difficile à accepter dans leur intégralité, elles sont essentielles à considérer, car seule l’utilisation de programmes (ou code) « open source » permettra aux outils de lecture de perdurer dans le temps par l’effet de la duplication (miroirs). De tels outils doivent être disponibles à la collectivité, doivent pouvoir être utilisé gratuitement et librement par un grand nombre. Ainsi, il restera toujours une copie de l’outil quelque part. Pouvons-nous laisser à des monopoles le soin de développer les programmes et miser sur la pérennité de ceux-ci ou des outils développés par eux?

Notes

[1] Un logiciel libre est un logiciel dont la licence dite libre donne à chacun (et sans contrepartie) le droit d’utiliser, d’étudier, de modifier, de dupliquer, et de diffuser (donner et vendre) le dit logiciel. Richard Stallman a formalisé la notion de logiciel libre dans la première moitié des années 1980 puis l’a popularisée avec le projet GNU et la Free Software Foundation (FSF). Les logiciels libres constituent une alternative à ceux qui ne le sont pas, qualifiés de « propriétaires » ou de « privateurs ». La notion de logiciel libre ne doit se confondre ni avec celle de logiciel gratuit (freewares ou gratuiciels), ni avec celle de sharewares, ni avec celle de domaine public. De même, les libertés définies par un logiciel libre sont bien plus étendues que le simple accès au code-source, ce qu’on appelle souvent logiciel « à source ouverte » ou Open Source. Toutefois, la notion formelle de logiciel Open Source telle qu’elle est définie par l’Open Source Initiative est reconnue comme techniquement comparable au logiciel libre ([En ligne], consulté le 2 avril 2009).

Quand on dit qu’un logiciel est « libre », on entend par là qu’il respecte les libertés essentielles de l’utilisateur : la liberté de l’utiliser, de l’étudier et de le modifier, et de redistribuer des copies avec ou sans modification. C’est une question de liberté, pas de prix, pensez donc à « liberté d’expression » et pas à « bière gratuite ». Ces libertés sont d’une importance vitale. Elles sont essentielles, pas juste pour les enjeux individuels des utilisateurs, mais parce qu’elles promeuvent la solidarité sociale, que sont le partage et la coopération. Elles deviennent encore plus importantes à mesure que de plus en plus notre culture et les activités quotidiennes sont numérisées. Dans un monde de sons, d’images et de mots numériques, le logiciel libre devient de plus en plus nécessaire pour la liberté en général (Richard Stallmann, 2007, Pourquoi l’« open source » passe à coté du problème que soulève le logiciel libre, [En ligne], consulté le 2 avril 2008


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 7 mai 2010

    […] L’article fait partie d’un intéressant dossier intitulé « Ethique et environnement à l’aube du 21ème siècle » (un peu de promotion en même temps pour une revue qui essaye de faire un vrai travail interdisciplinaire de qualité depuis maintenant 10 ans). […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search