Réflexion sur la difficulté de la communication scientifique : l’exemple du changement climatique

Rédacteur : Vincent Reillon, Courriel : deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org, Origine : Ambassade de France aux Etats-Unis

Après le « climategate », l’échec relatif de la Conférence Internationale de Copenhague et la forte médiatisation d’une erreur dans un rapport du GIEC, la communication autour du changement climatique s’est compliquée. Le 4 mars, à l’initiative du Consulat Général Britannique à Houston, trois scientifiques anglo-saxons sont intervenus au Baker Institute de la Rice University sur la problématique de la communication du changement climatique.

Comment interpeller le public sur ces questions ? Que faut-il présenter ? Quel est le rôle du scientifique dans l’apport de réponses à ces problématiques ? Voilà quelques questions centrales dans la communication scientifique auxquelles la conférence a tenté de répondre.

La « zone de tolérance »

Pour Mark Maslin, chef du Département de Géographie à l’University College London, le scientifique doit présenter au public des concepts compréhensibles mais pas triviaux. Un exemple est donné par le concept de « coping range » [1] : Les infrastructures, ici au sens large (matérielles, sociales, économiques, politiques), sont conçues pour être efficaces dans une gamme de conditions environnementales données. C’est ce que l’on désigne par « coping range », ou « zone de tolérance ».

Lorsque les conditions environnementales sortent de cette zone, les infrastructures deviennent vulnérables. Elles peuvent être endommagées, ou voir leur efficacité limitée, et ne parviennent plus à répondre aux besoins. Ce fut le cas lors de la canicule de l’été 2003 – absence de suivi des personnes âgées isolées, de systèmes de climatisation – ou encore, plus récemment, lors de la tempête Xynthia : digues endommagées et inondations. Les phénomènes extrêmes, qui sortent de la « zone de tolérance » poussent à adapter les infrastructures: Un certain nombre de mesures ont été mises en place suite à la canicule afin de pouvoir dans l’avenir répondre aux besoins créés par de nouvelles conditions climatiques. La « zone de tolérance » des infrastructures a ainsi été étendue.

Une des questions centrales du changement climatique est de savoir quelle sera au niveau local la future « zone de tolérance » pour pouvoir s’y préparer, sachant qu’une modification importante des infrastructures nécessite des décennies. Les choix opérés pour faire face aux changements constituent alors un arbitrage entre les coûts -non seulement économique mais aussi humain et social- des différentes options : atténuer les effets, s’adapter au changement ou ne rien faire.

Atténuation ou adaptation ?

David Vaughan, glaciologue et responsable du British Antarctic Survey, a commencé par pointer le dilemme entre des stratégies d’atténuation des effets consistant à agir directement sur le climat et les stratégies d’adaptation au nouveau cadre environnemental. En fonction des phénomènes attendus, le choix n’est parfois pas permis. Dans le cas de l’élévation des mers, il semble qu’il faille de toute façon se préparer à l’adaptation. Pour ce qui concerne la composition de l’atmosphère, l’atténuation du changement peut être envisagée par la réduction des émissions des gaz à effet de serre.

La problématique au coeur du changement climatique concerne les réponses qui lui sont apportées entre adaptation et tentatives d’atténuation du changement. Le choix des réponses revient aux décideurs politiques en fonction des informations scientifiques que peuvent leur apporter les chercheurs. A ce titre, Vaughan a rappelé deux points importants. Premièrement, les politiques publiques ne doivent pas être mises en place seulement en réponse à des questionnements scientifiques. Elles doivent être le fruit d’une réflexion dans une optique plus large de bénéfices/coûts pour la société. Deuxièmement, la crédibilité des chercheurs est remise en cause à partir du moment où ils laissent entendre que leurs résultats scientifiques soutiennent une politique publique donnée. Ainsi, les scientifiques doivent se préoccuper uniquement de délivrer une information aux décideurs politiques afin que ceux-ci prennent les mesures adéquates pour ajuster le développement de la société aux évolutions.

Des projets de sociétés non liées au changement climatique

Tim Reeder, le responsable du programme changement climatique de la région de la Tamise au Royaume-Uni, a illustré ces questions d’adaptation avec le projet de barrage permettant de contrôler le niveau de la Tamise et d’éviter des inondations. Il travaille en ce moment à une adaptation du dispositif afin de prendre en compte la montée du niveau des mers et l’augmentation éventuelle des précipitations sur l’Angleterre. Il travaille aussi sur des incitations au changement vers le développement durable des infrastructures.

Un point important de son intervention a été de rappeler que la promotion de l’évolution des infrastructures dans un objectif de développement durable n’a pas besoin d’être liée uniquement à la problématique du changement climatique. Il est possible de s’orienter vers une baisse de la consommation d’énergie, par exemple, pour des raisons tout autres : économique, santé publique, etc. Le BE Etats-Unis 199 donne un exemple de ce genre d’actions dans différentes villes américaines [2].

Après les différentes présentations, le décor était planté pour entamer la discussion. L’état d’esprit sur la question du changement climatique est très différent entre l’Europe et les Etats-Unis créant un échange intéressant entre les conférenciers et l’audience. L’esprit critique du public américain sur le changement climatique a permis de mettre à jour les problématiques réelles qui existent autour de cette question. La suite de cet article émane de la réflexion inspirée de cet échange ainsi que de quelques lectures.

Le coeur de la problématique pour les sociétés humaines

La problématique centrale autour du changement climatique concerne l’inadaptation des infrastructures actuelles à ce changement ou, sous un autre angle, l’adaptation trop marquée et trop rigide à des conditions qui ne sont pas pérennes. A cette problématique, deux solutions existent : maintenir les conditions climatiques telles qu’elles sont afin de conserver les infrastructures actuelles ou modifier les infrastructures pour s’adapter aux variations du climat. La voie la plus sure consiste à adopter une stratégie mixte : limiter les changements, améliorer l’adaptation.

Pour effectuer les choix nécessaires les décideurs politiques attendent des scientifiques un certain nombre d’éléments de réponses à ces questions: Peut-on contrôler le climat ? Si oui, quelles mesures envisager ? Quels seront leurs effets à long terme ? Peut-on prédire le climat d’une région donnée à l’avance ? Avec quelle précision ? Le rôle des chercheurs consiste à apporter des éclairages sur ces questions à partir de ce que les résultats de leurs recherches fournissent.

Peut-on contrôler le climat ?

Le climat est un système complexe d’interconnexion de phénomènes et de processus de rétroactions mal connus dans le détail pour le moment. Il s’agit d’un système chaotique au sens scientifique du terme. Les grandes implications de la théorie des systèmes complexes non linéaires -la théorie du chaos- fournissent des éclairages qui, s’ils étaient plus connus du grand public, permettraient à chacun de porter un regard critique sur les discours tenus.

Un système non-linéaire peut être amené à se maintenir dans un état stationnaire, proche d’un état d’équilibre, ou encore dans un ensemble d’états appelés « attracteurs étranges » dans le jargon de la théorie. Les systèmes chaotiques possèdent une forte sensibilité aux conditions initiales (le fameux « effet papillon »). Une petite modification d’un des paramètres du système peut entrainer une forte modification de son état global. Les conséquences de la perturbation d’un système complexe sont alors difficiles à prévoir [3]. Va-t-il revenir vers son état d’équilibre initial ? Va-t-il évoluer autour d’un attracteur étrange ? Dans ce cas, peut-on avoir une idée de ce à quoi va ressembler ce nouvel état ?

Les modèles climatiques mis en place par les chercheurs ont pour but d’apporter des réponses à ces questions. Ils permettent de comprendre comment fonctionnent les interactions. Ils aident à identifier les paramètres clés (proportion de gaz à effet de serre dans l’atmosphère par exemple) et à évaluer les états possibles vers lesquels le système évolue lorsque les paramètres sont modifiés. Ainsi, les stratégies d’atténuation des effets liés au changement climatique sont confrontées à la nature même du système qu’il faut modifier. La politique qui consiste à limiter l’augmentation du dioxyde de carbone dans l’atmosphère est soutenue par le fait que les modèles actuels développés par les chercheurs montrent qu’une telle limitation modèrerait l’augmentation des températures.

Les stratégies d’adaptation souffrent des mêmes difficultés. Il est pour le moment impossible d’effectuer des prévisions climatiques locales à l’échelle d’une région comme l’a rappelé le Dr Vaughan. Ces limitations sont liées à l’incapacité de prendre en compte dans les modèles certains phénomènes mais aussi à la puissance de calcul limitée des ordinateurs actuels. Ces données sont pourtant nécessaires pour déterminer la future « zone de tolérance » et organiser l’évolution des infrastructures actuelles.

Un reflet de l’image de la science dans la société

La question du changement climatique offre un miroir sur le fonctionnement de nos sociétés technologiques et sur leur manière d’appréhender les théories scientifiques et leurs résultats. Les théories scientifiques importantes développées depuis la moitié du 19ème siècle -théorie de l’évolution, théorie de la relativité, théorie quantique, théorie du chaos, théorie de l’information entre autres- ont profondément modifié notre vision du monde. Loin de la vision déterministe héritée du 17ème et 18ème siècle, ces théories décrivent un monde en proie à l’aléa, à la complexité, au changement compliquant fortement les possibilités de prédiction et donc d’adaptation.

Une des révolutions essentielles, de première importance pour l’étude du climat, a été de comprendre que la nature même des systèmes étudiés implique l’impossibilité d’une connaissance et d’une prévision parfaite. Ainsi, même avec le développement des connaissances, la mise au point de modèles pointus et l’augmentation des possibilités de calcul, il demeurera impossible de prédire le climat futur avec exactitude. C’est l’existence de cette incertitude qui implique la nécessité de prises de décisions politiques.

Cette nouvelle vision du monde et des phénomènes naturels a-t-elle été assimilée par la société ? Il est clair que non. Le cadre général de réflexion sur les concepts scientifiques est resté globalement celui de la science newtonienne -déterminisme et méthode hypothético-déductive- même parfois au sein de la communauté scientifique. Dans ce cadre, il semble impossible de pouvoir appréhender les notions nécessaires pour comprendre ce qu’est le climat et son évolution.

Le fossé entre la conception du monde qui nous est apportée par les théories scientifiques modernes et la conception du monde qui nous est renvoyée par la société semble être un élément essentiel de la problématique de la communication sur le changement climatique. La première étape pour favoriser la communication scientifique consiste donc sans doute à irriguer plus efficacement la société par les concepts scientifiques modernes.

Les polémiques sur l’enseignement des sciences aux Etats-Unis illustrent à la fois ce fossé et l’état d’esprit général sur le réchauffement climatique. Les détracteurs de la théorie de l’évolution voient dans le débat public sur le changement climatique une opportunité pour lier les deux sujets [4]. La mauvaise interprétation de la notion scientifique d’incertitude, très importante dans la question du changement climatique, ouvre à leurs yeux une brèche pour remettre en cause la légitimité des connaissances scientifiques et donc de leur enseignement. Une loi du Kentucky invite par exemple les enseignants à examiner « les avantages et les inconvénients des théories scientifiques » en pointant en particulier la théorie de l’évolution et le climat.

Dans le cadre de la communication, d’autres difficultés sont d’ordre psychologique. Celles-ci sont présentées dans un guide, The Psychology of Climate Change Communication, produit par le Center for Research on Environmental Decisions (CRED) de l’Université de Columbia à New York [5]. En utilisant les résultats des recherches en sciences humaines, les auteurs du guide pointent les principaux écueils à éviter. Ils proposent des conseils pour communiquer efficacement sur les problématiques liées au changement climatique afin d’entrainer l’évolution des mentalités et des comportements.

Le Center for Climate Change Communication de la George Mason University (Virginie) fournit d’autres exemples d’activités de recherche menées en sciences sociales afin de pouvoir améliorer la nature et l’impact des campagnes de communication sur le changement climatique [6].

Un bilan sur la communication scientifique

Les scientifiques doivent garder comme rôle de produire des connaissances et des analyses qui permettent aux décideurs politiques de réaliser des choix afin d’assurer le fonctionnement pérenne des infrastructures. Dans le cas du changement climatique, les rôles ont eu tendance à se mélanger. Les scientifiques ont été mis sur le devant de la scène, à la place des décideurs politiques, et se sont vus attribuer la mission de convaincre les foules de la nécessité de faire évoluer les infrastructures.

Le débat s’est polarisé sur la scène publique et s’est transformé en lutte entre les « croyants » et les « climato-sceptiques ». Or, il faut sans doute faire la part des choses. Le débat scientifique est réservé aux chercheurs experts sur ces questions. Il existe et consiste à s’interroger sur la pertinence des modèles utilisés et de leurs résultats. Le débat politique est ouvert à l’ensemble des citoyens. Il consiste d’abord à comprendre les concepts utilisés par les scientifiques et la nature des résultats fournis. Ensuite, il s’agit de choisir parmi les possibilités offertes les solutions les plus efficaces pour adapter la société aux évolutions futures.

Les chercheurs ont l’habitude de communiquer entre experts. L’effort de traduction vers le public et les décideurs politiques relève d’une plus grande complexité. Il s’agit en effet de délivrer l’essence des concepts, les balises nécessaires pour comprendre les enjeux, sans entrer dans les détails techniques des théories scientifiques que seuls les experts peuvent appréhender. L’analyse de ces difficultés à conduit l’American Association for the Advancement of Science (AAAS) à mettre en place un Center for Public Engagement with Science & Technology [7]. Ce centre organise notamment des séances de formation d’une journée à destination des scientifiques pour leur apprendre à communiquer les résultats et les problématiques liés à leur recherche de manière efficace [8].

Même si ces initiatives sont nécessaires, sont-elles suffisantes ? Est-ce le rôle des chercheurs de faire cet effort de traduction ? N’ont-ils pas déjà assez à faire ? Cela ne conduit-il pas justement à un mélange des genres et à l’absence de démarcation claire entre débat scientifique et débat public ?

Dans une société dominée par la science et la technique, les enjeux de communication sur les théories et les techniques sont centraux pour assurer le débat démocratique. Pour palier au manque actuel, la mise en place d’une catégorie de « traducteurs scientifiques » est sans doute plus nécessaire que jamais. La formation de ces traducteurs doit leur apporter d’une part une connaissance avancée des théories scientifiques afin de comprendre les travaux menés par les chercheurs et les concepts utilisés. Elle doit inclure en parallèle une bonne connaissance et pratique des techniques de communication.

De tels traducteurs formeraient un rouage essentiel pour des sociétés démocratiques. Ils réaliseraient de manière efficace le lien manquant entre le monde de la recherche et la société. Ils apporteraient à l’ensemble des citoyens les bases nécessaires pour pouvoir mener sereinement les débats politiques liés aux questions scientifiques : utilisation des OGM, adaptation au changement climatique, utilisation des nanocomposés, etc.

La situation actuelle montre que les citoyens ont envie de s’impliquer dans ces débats. Quand mettra-t-on en place les moyens nécessaires afin de pouvoir leur permettre de le faire de manière éclairée ?

Notes

[1] Climate Change Impacts and Adaptation: A Canadian Perspective Understanding Vulnerability -Natural Ressources Canada – http://adaptation.nrcan.gc.ca/perspective/directions_2_e.php
[2] Plans Energie-Climat des villes (1/2) : Pittsburgh, Denver et Seattle, emblématiques de la diversité américaine, BE Etats-Unis 199, 12/03/2010 – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62592.htm
[3] Réflexions climatiques hivernales au Texas, BE Etats-Unis 196, 19/02/2010 – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/62331.htm
[4] Darwin foes add warming to target, L. Kaufman, New York Times, 03/03/2010 – http://www.nytimes.com/2010/03/04/science/earth/04climate.html
[5] The Psychology of Climate Change Communication, CRED, 10/2009 – http://www.cred.columbia.edu/guide/
[6] Site du Center for Climate Change Communication – http://www.climatechangecommunication.org/index.cfm
[7] Site du Center for Public Engagement with Science & Technology de l’AAAS – http://www.aaas.org/programs/centers/pe/
– [8] Site Communicating Science de l’AAAS – http://communicatingscience.aaas.org/Pages/newmain.aspx

Source : Vidéo de la conférence « The Challenges of Communicating Climate Change » – Baker Institute – 04/03/2010 – http://webcast.rice.edu/webcast.php?action=details&event=2174


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.