[VertigO] reconnue comme une revue de référence par l’AERES

logo [VertigO] est maintenant reconnue comme une revue de référence par l’Agence pour l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur de France (AERES). Tel que mentionné sur le site de cette institution « L’ambition de l’AERES est […] de devenir un évaluateur reconnu à l’étranger. En cela, elle vise à contribuer au rayonnement international [..]».  L’AERES a « une mission globale d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche française ». Voici une nouvelle reconnaissance du travail d’édition de l’équipe de [VertigO].  Une reconnaissance aussi de la qualité du travail des auteurs publiant dans nos pages…numériques.

Dans le cadre du processus, [VertigO] a été incluse dans la liste des revues en «géographie, aménagement et urbanisme«. Dans cette liste se trouve d’autres revues de Revues.org, dont nos collègues de Développement durable et territoires, et de Géocarrefour, tout comme la revue Natures, Sciences et Société. Même Géographie physique et Quaternaire, une revue ayant dû arrêter sa publication en 2007, suite aux coupures dans le programme de soutien aux revues en sciences naturelles du gouvernement du Québec, s’y trouve. Une reconnaissance posthume pour une revue qui a publié 61 volumes.

Questionnement sur la catégorisation de la liste

Bien que très heureux de cette reconnaissance, le fait que [VertigO] se trouve dans la catégorie « géographie, aménagement et urbanisme » m’interroge sur la catégorisation de la science et de vecteurs de diffusion. Ainsi [VertigO], a un mandat interdisciplinaire et dont les articles dépassent largement les questions des trois thèmes de sa catégorie. Comment notre prochain dossier s’intitulant « Éthique et environnement a l’aube du 21ème siècle : la crise écologique implique-t-elle une nouvelle éthique environnementale ? » serait t’elle considérée par les membres AERES de cette catégorie ? En regard aux autres catégories [1], il faut bien avouer qu’elle est celle qui reflète le plus notre politique éditoriale.

Pourquoi n’existe-t-il pas une liste « revues interdisciplinaires »? Plusieurs programmes de soutien de la recherche en France, comme dans une majorité des pays industrialisés, favorisent l’interdisciplinarité. Il serait peut-être important d’examiner cette avenue pour éviter que des projets soient rejetés au classement ou encore qu’ils passent toujours par la « mauvaise » porte. Obligeant peut-être ceux-ci à revoir le projet éditorial (ou à faire de la gymnastique intellectuelle) de la revue pour s’insérer dans les catégories statutaires, issues de l’histoire des sciences mais pas nécessairement en phase avec l’époque actuelle. C’est un combat que nous menons depuis longtemps et qui en lien à la reconnaissance de la recherche interdisciplinaire.

Cette réalité n’est toutefois pas uniquement observable à l’AERES, car l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (INSHS), qui fait aussi une évaluation des revues n’utilise, elle non plus, de telles catégories. L’INSHS a retenu 14 champs disciplinaires, mais aucun inter- ou transdisciplinaire. Pourtant l’ISHS mentionne se baser sur le travail de la Fondation européenne des sciences qui reconnaît cette question dans ses différentes classifications. La FES sépare les catégories « Humanities » en « Traditional core disciplines », « Newly-structured broad fields of study » et « Emerging trans-disciplinary research areas ». Mais rien de telle dans la catégorisation à l’INSHS du CNRS. En outre, la FES sépare aussi les « Humanities », des « Social Sciences » (où en retrouve séparément les catégories « Environmental sciences » et « Geography »). Mais comme le dit de bons amis chercheurs et éditeurs : « il ne faut pas s’en faire ».

Au Canada, une telle catégorisation existe aussi avec un regroupement très large des domaines scientifiques avec des catégories telles que : « Anthropologie, archéologie, sociologie, criminologie, communications, géographie, urbanisme et études régionales, travail social, études autochtones, études environnementales » et « Sciences économiques, droit, science politique, relations industrielles, études administratives et management ». Ou encore « Éducation, bibliothéconomie et sciences de l’information, psychologie, études interdisciplinaires » et « Philosophie, histoire, études médiévales, études religieuses, études classiques, études canadiennes, études sur la femme ». Notons ici que l’interdisciplinarité ne semble s’appliquer uniquement aux questions de l’éducation, de la psychologie et des sciences de l’information!

Nous sommes depuis quelques temps déjà dans un monde du classement de la recherche, de l’enseignement, mais ayons l’intelligence de ne pas nous enfermer… bloquant ainsi l’émergence de nouvelles expériences et d’innovation dans la diffusion de la science…

[1] Anthropologie-Ethnologie; Histoire et philosophie des sciences; Histoire, Histoire de l’art, Archéologie; Philosophie; Psychologie – Ethologie – Ergonomie; Sciences de l’éducation; Science Politique; Sociologie-Démographie; STAPS – Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives; Théologie

Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

More Posts - Website


Eric Duchemin

Directeur scientifique et formation du Laboratoire sur l'agriculture urbaine (AULAB)

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. :-( dit :

    Et on serait aussi curieux de connaître les critères « objectifs » qui justifient le classement en C. La revue n’ a souvent rien à envier à d’autres revues supposées mieux classées

    • [VertigO] dit :

      L’AERES a enlevé le classement de A, B, C etc. Dans une première mouture de l’évaluation des revues, seules les revues A et B étaient reconnues comme des revues de référence. Premier processus ou nous n’avions même pas déposé un dossier. Maintenant les revue sont reconnues comme « de référence » ou ne le sont pas.

      Nous sommes heureux d’être reconnus mais conservons notre esprit critique. Certaines qui ne le sont pas reste de qualité et pertinente. Les revues en émergence (et/ou indépendantes) ont souvent de la difficulté à se faire une place dans un tel palmarès.

      L’important est la diffusion de nos travaux de recherche vers les personnes les plus susceptibles de pouvoir utiliser cette connaissance sur le terrain ou dans leur travaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search