Une réforme s’impose pour le GIEC : petite perspective d’un chercheur impliqué six ans

L’InterAcademy Council, formé de 15 académies des sciences de différents pays, vient de remettre un excellent rapport sur le fonctionnement du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).  Ce rapport , intitulé Climate Change Assessments, Review of the Processes & Procedures of the IPCC, donne des pistes pour mettre à jour certains fonctionnements de la plus importante organisation internationale sur une question environnementale.  des recommandations qui pourront servir de balises pour d’autres organisations similaires ou à venir.

Rappelons que le GIEC, organisation sous l’égide de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et directement en lien avec le Protocole de Kyoto (ou le prochain), est une institution innovante et unique. Elle n’a aucun comparable actuellement, car celle-ci intervient autant dans l’évaluation (Groupes de travail/Working group) que dans la réalisation de cadres méthodologiques (IPCC-National Greenhouse Gas Inventories Programme, UNFCC-Clean Development working groups et panels).  Le tout à l’échelle internationale et autant au niveau scientifique que politique.  Ce n’est pas pour rien qu’en 2007 cette organisation – et ses membres – a reçu le Prix Nobel de la paix.

Selon le rapport de l’InterAcademy Council, le processus utilisé par le GIEC, afin de générer ses rapports périodiques d’évaluation, a été globalement une réussite, mais le GIEC doit effectuer une réforme fondamentale de sa structure de gestion et renforcer ses procédures, pour traiter des évaluations climatiques encore plus amples et de plus en plus complexes, avec l’examen du public plus poussé venant d’un monde s’accrochant aux meilleures manières de répondre à ce changement climatique.

Différentes pistes sont suggérées dont celles de s’assurer de suivre pour les experts les processus de validation (existante) des données, d’établir des critères claires de sélection des membres (establish a formal set of criteria and processes for selecting Coordinating Lead Authors and Lead Authors) et de renforcer le rôle des review editors, qui font le lien entre auteurs et relecteurs (reviewers).

Pour l’InterAcademy Council « The absence of a transparent author selection process or well-defined criteria for author selection can raise questions of bias and undermine the confidence of scientists and others in the credibility of the assessment« .  Ce qui se traduit par la mise sur pied de viable group of « truly independent members« .

Pour avoir siégé pendant plus de 6 ans au IPCC-National Greenhouse Gas Inventories Programme (IPCC-NGGIP), je ne peux qu’être en accord avec de telles recommandations. Celles-ci réduiront (si elles sont mises en place) certainement les possibilités de pressions des gouvernements ou d’industries par le biais de membres nommés ou encore de lettres soumises aux « Chairmen » (sans les faire disparaitre, soyons réaliste vis-à vis des enjeux).  En tant que scientifique,  (recommandé par 2 pays), j’ai vécu et vu les pressions apparaître dans le cadre de mon second mandat. Il est dommage que le travail de l’InterAcademy Council ait uniquement porté sur les Working group 1, 2 et 3, tandis que des instances telles que le IPCC-NGGIP ont des répercussions directes sur les inventaires nationaux des gaz à effet de serre, donc sur la comptabilisation des émissions des différents pays, puis des efforts de réduction.  L’inclusion d’une nouvelle source dans l’inventaire rend sa comptabilisation obligatoire, ce qui la rend par la suite une source d’émissions pouvant être considérée dans les négociations du protocole international de réduction des émissions (Protocole de Kyoto, actuellement).

Ainsi, encore à ce jour les réservoirs hydroélectriques qui sont une source d’émissions de GES connue et reconnue scientifiquement n’est toujours pas formellement dans le guide pour les inventaires nationaux.  Miraculeusement, et grâce à la rigueur de scientifiques, la méthodologie pour l’inventaire des émissions des terres inondées (un euphémisme pour les « man-made reservoirs ») est dans l’antichambre (annexe) d’une reconnaissance officielle.  Pourtant plusieurs aurait voulu tout simplement faire disparaitre l’ensemble de plus de 10 ans de recherche d’une communauté scientifique. Sans compter que le groupe de travail incluant les terres inondées (la section Wetland) avait travaillé avec rigueur, avait répondu consciencieusement aux centaines de commentaires des reviewers (scientifiques et gouvernementaux), des review editors, des lead-authors et modifier la section en conséquence.

L’acte d’inclure des terres inondées avait des répercussions directes sur plusieurs pays et sur des compagnies, sans compter que l’énergie hydroélectrique est acceptée en tant que projet pour les mécanisme de développement propre (Clean Development Mecanism).

Pour la fin de ce billet, je laisse l’écrit à l’InterAcademy.  Dans leur rapport les auteurs soulignent une considération primordiale, et trop souvent oubliée, des recherches ou des interventions sciences de l’environnement :

« IPCC’s mandate is to be policy relevant, not policy prescriptive« …ce qui pourrait être expert mandate is to be policy relevant, not policy prescriptive..

Cela marque la fine frontière que l’on retrouve entre l’expert et le lobbyiste ou le militantiste.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *